Croire en ses capacités

Par Boris Macambou

 

Je suis arrivé en France à 18 ans pour y faire mes études supérieures, pays que je connaissais bien car je m’y rendais souvent. J’ai commencé par faire du droit, avant de me réorienter en École de Commerce. Puis j’ai fini par faire un master en hôtellerie à Bordeaux. En parallèle de mes études, j’étais passionné de musique. Aujourd’hui je suis entré dans la vie active et cette passion m’anime toujours. 

Malheureusement, cela n’a pas toujours été simple avec la musique. Mes parents considéraient la musique comme un métier instable et incertain. Au fond de moi, j’avais cette musique malgré le regard de mes parents. Je me disais : “fais ce que tu aimes, même si ça n’est pas linéaire, lances-toi malgré les incertitudes et tu verras.”. Et les gens ont cru en moi. Les retours sur ma musique m’ont fait prendre conscience que j’ai du talent et que je suis fait pour ça. Mais le retour qui m’a le plus marqué fut celui de mon père qui a entendu mon potentiel et qui a finalement cru en moi.

Cette prise de conscience fut révélatrice pour moi car j’ai appris que le positif attire le positif. C’est ce qui m’a permis de poursuivre dans ma passion malgré certains aprioris négatifs de la part de mes parents. Selon moi, plus l’on a des pensées positives envers les autres et soi-même, plus l’on attire le bien et le bonheur. Les personnes négatives et défaitistes auront davantage de mal à avancer dans la vie, car elles ne voient que leurs échecs sans prendre conscience de leurs réussites. La conscience d’un esprit positif doit être en nous et émaner de nous pour en tirer tous les bienfaits de la vie. 

Actuellement, je travaille dans un espace de bien-être qui me permet d’effacer les incertitudes qui pouvaient peser sur moi et de bénéficier des meilleures conditions de travail. En parallèle, je continue de vivre à fond ma passion pour la musique de manière semi-pro.

Si je peux te donner un conseil : crois en toi, en tes possibilités, mais aussi en tes faiblesses parce qu’elles sont tes plus grandes forces. On me dit souvent que j’ai la joie de vivre. En effet, j’ai pris conscience qu’il est nécessaire de garder le sourire et d’être positif pour profiter de la vie, sans laisser les pensées négatives nous impacter.

Boris Macambou

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *