Se motiver pour avancer

Par Yvanne Baudin

 

Durant une grande partie de mes études, la procrastination rythmait mes journées. J’étais régulièrement prise par un sentiment de culpabilité. Puis ma confiance en moi diminuait, car les résultats n’étaient pas à la hauteur de mes attentes. J’entrais alors dans un cercle vicieux en me disant sans cesse “bon, aujourd’hui je révise, je n’ai plus le choix”. Et puis finalement je me retrouvais devant ma leçon, cherchant la moindre excuse pour me détourner de mes révisions. Le lendemain, le même schéma se répétait.

La motivation a longtemps été pour moi un concept abstrait. Je me demandais souvent comment des personnes arrivaient à se lever le matin pour aller courir. Ou bien comment mes camarades faisaient pour réviser quotidiennement et assidûment. Je me suis donc penchée sur ces questions : pourquoi je n’arrive pas à me motiver ? Qu’est-ce que je pourrais faire pour me motiver ?

 

Après de nombreuses remises en questions et discussions avec mes proches, j’ai fini par trouver une réponse : je me contentais du minimum. A quoi bon faire du sport alors que je suis en bonne santé ? A quoi bon réviser alors que j’ai la moyenne ? A quoi bon faire plus ? 

Cette façon de penser m’a empêché d’accomplir beaucoup de choses, et m’a causé par la suite quelques regrets. J’ai donc appris avec le temps à modifier cette façon de penser :  pourquoi se contenter du minimum quand on peut facilement faire plus ? J’ai commencé par la suite à adopter quelques rituels et à me fixer des objectifs. Par exemple, je me donnais 1h pour réviser, et puis je me récompensais par une activité que j’appréciais, sans culpabilité. 

 

Avec les années, j’ai également adopté une organisation assez précise, avec des listes de tâches à accomplir dans la journée. Cette méthode m’a beaucoup aidé, car le fait de cocher des tâches au fur et à mesure me procurait beaucoup de satisfaction, et rendait ma productivité et ma progression plus concrètes. Je savais par où commencer, et comment rentabiliser mon temps. Il était alors plus facile pour moi de passer à l’action.

J’ai aussi appris à donner du sens à mes actions. Je ne les regarde plus comme des tâches pénibles à faire, mais comme quelque chose qui me sera bénéfique sur le plus long terme, et dont je serais fière. J’ai réalisé que le passage à l’action me procurait davantage de bienfaits que de ne rien faire. 

 

Aujourd’hui, la motivation rythme la plupart de mes journées. Les résultats et les réussites qui en découlent me poussent chaque jour à être encore plus active et productive. Et lorsque que je n’arrive pas à me motiver, je me rappelle qu’il est normal d’avoir des journées où l’on préfère ne rien faire. D’ailleurs, savoir s’accorder du repos est essentiel pour reprendre des forces, et rebooster sa motivation.

Yvanne Baudin

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *